cybermotard
Le E-zine de l'actualité
moto par la photo
Bol d’Or  > 2009  > Galeries photo

Bol d’Or 2009 : Revivez la 73e édition avec nos photos.

Envoyer l'article par mail
Publié le

Résumé en photos du 73e Bol d’Or, les 12 et 13 septembre 2009, sur le circuit de Nevers Magny-Cours.

Après une chute collective dans le premier tour, la course est sans réelles surprises ensuite : les Yamaha n°7 et 94, la Suzuki n°1, la Honda n°63 et la Kawasaki n°11 jouent aux chaises musicales en se disputant les premières places.

La première équipe à tomber , est la Yamaha du YART : elle est d’abord victime d’ennuis mécaniques samedi en fin d’après midi. Des ennuis qui se répètent à plusieurs reprises durant la course, la font rétrograder dans le bas du classement.

C’est ensuite au tour de la seconde Yamaha officielle, celle du GMT94, qui est contrainte à signer la feuille d’abandon dimanche au lever du jour.

Sur le podium se retrouvent donc dans l’ordre la Suzuki n°1 du SERT, la Honda n°63 du Michelin Research Power team, et la Kawasaki n°11 du team GSR.

Ce podium est néanmoins chamboulé, 5h après l’arrivée, pour une non-conformité technique.

Doublé Michelin lors des essais qualif.

Doublé Michelin lors des essais qualif.

Michelin fait le doublé imposant la Honda n°63 et la Yamaha n°7 en première et deuxieme place des essais qualifs, puis de la superpole ! Sur cette photo, Mathieu Lagrive du Michelin Research Power Team de retour dans son stand après avoir pulvérisé la superpole en 1’40.366. Mais il est diffcile d’établir une comparaison avec la saison passé, puisque c’est la première année que les pneus qualifs sont autorisés en endurance.

Chute collective des le 1er tour au virage d’Adelaïde.

Chute collective des le 1er tour au virage d'Adelaïde.

Le départ de cette 73e edition du Bol d’Or est chaotique : des le premier tour, au virage d’Adelaïde c’est la chute collective : 4 machines vont dans le bac à graviers donc la Honda n°55 du team National Moto, et la Suzuki n°72 du Junior Team (toutes les 2 étaient dans le top 10 de la superpole). Emeric Jonchiere relevé avec un léger traumatisme cranien est évacué par les secours. Fin de la course pour la Honda n°55.

Malchance en série pour la Yamaha n°5.

Malchance en série pour la Yamaha n°5.

Pour la Yamaha du team Italien Amadeus X One, la course a été courte et difficile. Vers 16h la machine est victime de 2 chutes successives. Elle qui était en 6eme position, pointe désormais dans le bas du classement. Moins de 2h plus tard, c’est une bielle cassée qui contraint le team manager à signer l’abandon. C’est la 3e fois que ce team est engagé pour la totalité du chmapionnat Mondial d’endurance.

Abandon de la Yamaha Phase One.

Abandon de la Yamaha Phase One.

3h après l’abandon de la Yamaha n°5, vers 21h00 c’est au tour de la n°3. La Yamaha R1 du team Phase One abandonne, suite à un problème de boite. Avec l’abandon du Bi-Meca Racing Team, cela porte a trois le nombre de Yamaha out ! Depuis son titre de champion du Monde d’endurance en 2003, le team drivé par Russel Benney n’est jamais parvenu à réitérer cette performance.

La Metiss n’a décidément pas de bol !

La Metiss n'a décidément pas de bol !

Alors que la Metiss JLC moto, avec le train avant de la JBB, pointe à une belle 14e place, à 23h49 c’est la chute ! Vers 3h30, la Metiss rentre à la poussette, suite à une casse moteur. Elle jette l’éponge 30 minutes plus tard. Pas de bol pour ce proto, qui avait deja abandonné sur chute lors des 24h du Mans. On ne peut que souhaiter du courage à Emmanuel Cheron et Stéphane Vade pour continuer l’aventure !

Chute du Junior Team.

Chute du Junior Team.

Tous les espoirs du Junior Team de remonter dans le classement superstock (après sa chute au 1er tour) s’envolent en milieu de nuit, quand elle chute. Sur cette photo Louis Bulle qui rentre au stand par les voies de sécurité à la "poussette". La Suzuki n°72 repart une demi heure après. Elle pointe alors à la 39e place. L’équipe de Damien Saulnier finit la course à la 21e position.

Coup de théâtre du coté des leaders.

Coup de théâtre du coté des leaders.

Après avoir joué aux chaises musicales depuis le départ de ce 73e Bol d’Or, un coup de théâtre survient chez les leaders, au petit matin : la Yamaha du GMT 94 est victime de surchauffe moteur. Et après plusieurs passages au stand, a 07h13, un joint de culasse cassé, oblige Christophe Guyot à baisser le rideau, laissant ainsi la voie libre a la Yamaha n°7 et la Kawasaki n°11 dans la bagarre au podium.

L’endurance synonyme de systeme D pour le LTG 57

<A name ="ltg57">L'endurance synonyme de systeme D pour le LTG 57 </A>

Pour le Team LTG57, l’endurance est synonyme de système D. La Yamaha n°57 est victime depuis la fin du samedi après midi, de surchauffe. Au petit matin, la solution est trouvée : les mécaniciens refroidissent le moteur au moyen d’un tuyau d’eau directement branché dessus, comme le montre la photo ! Et ca fonctionne puisqu’elle termine ce Bol d’Or en 20e position ! C’est le premier team franco-belge a faire le plein d’essence et d’eau en endurance !

Belle prestation de la Kawasaki Bolliger malgré les difficultés rencontrées.

Belle prestation de la Kawasaki Bolliger malgré les difficultés rencontrées.

A 15h37 la Kawasaki Bolliger chute dans la ligne droite des stands. Le temps des réparations, elle repart 12 minutes plus tard. A 19h48 c’est une panne d’essence : le temps de rentrer au stand et de faire le plein, 10 minutes sont encore perdues. La Kawasaki n°8 pointe alors en 45e position. S’ensuit une remontée acharnée tout au long de la course, qui permet à l’équipe suisse-allemande de passer le drapeau à damier en 9e position ! Belle prestation !

Drapeau noir pour les pompiers 10 min avant l’arrivée.

<A name="pompierB09">Drapeau noir pour les pompiers 10 min avant l'arrivée.</A>

Alors que les pompiers s’activent a finir cette course en 4e place, après une bataille acharnée avec la Suzuki du RAC41, les commissaires voyant une moto fumante sortent le drapeau noir avec rond orange pour la Suzuki n°18, 10 minutes avant l’arrivée : l’équipe doit donc s’arrêter au 1er poste de commissaire qu’elle voit ! Coup de chance c’est celui des stand ! L’équipe des sapeurs-pompiers peut donc s’occuper du problème (une fuite d’huile). La Suzuki n°18 réussit a reprendre la course avant le drapeau a damier, et même de conserver sa place, à 19 secondes de sa concurrente !

Le podium annulé 5h après l’arrivée.

<A name="GSRB09">Le podium annulé 5h après l'arrivée.</A>

Après 24h de course, c’est la Suzuki n°1 du SERT qui remporte la victoire avec 3 tours d’avance sur la Honda Michelin n°63. Sur la 3e marche du podium on retrouve la Kawasaki du Team GSR. Alors que toutes les équipes reprennent la route, vers 20h30 ce dimanche 13 septembre 2009, un communiqué de la FIM tombe : le podium est annulé ! La Honda n°63 est déclassée à la 10e place pour non conformité technique. La seconde place revient donc à la Kawasaki n°11. L’équipe des pompiers remporte ainsi la 3eme place.

Le Maccio Racing Team vainqueur de la catégorie Superstock !

Le Maccio Racing Team vainqueur de la catégorie Superstock !

En catégorie Superstock, c’est l’équipe de Patrick Maccio qui monte sur la première marche du podium. Derrière cette Kawasaki n°83 pilotée par Lionel Richier, Julien Millet et Frederic Moreira, on retrouve sur le podium de cette catégorie la Suzuki n°50 du Joe Bar Team et la Suzuki n°95 du Qatar Endurance Racing Team. A noter que ces machines stock, sont toutes dans le top 10 du classement scratch.

Le YART sacré Champion du Monde d’Endurance

<A name="yartchampion09">Le YART sacré Champion du Monde d'Endurance</A>

Malgré une course difficile, la machine du Yamaha Austria Racing Team est sacrée championne du monde d’endurance. Partie en 2e position sur la grille de départ, elle est rapidement reléguée à la 5e position à cause d’un problème mécanique. Elle réussit a remonter, mais dimanche 13 septembre à 11h09 une panne électrique la fait à nouveau reculer. A 11h58 c’est un problème de surchauffe qui l’oblige a passer par les stand. La Yamaha n°7 est alors 6e au classement. 30 minutes plus tard retour au stand suite à un problème électrique. La machine de Gwen Giabbani, Igor Jerman et Steve Martin ne reprend la piste qu’au dernier tour de cette course de 24h pour passer le drapeau à damier. Sur cette photo, on voit l’équipe du YART fêter la victoire pendant ce long arrêt au stand : l’équipe est de toute façon Championne du Monde !


Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



11 cybermotards connectés
Rechercher
NEWSLETTER
Abonnez-vous à la Newsletter de
cybermotard

Saisissez votre adresse Email

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook